Texte de cadrage 2022-2023 : “L’eau, forme et informe”

L’objet du séminaire de cette année sera une réflexion sur l’eau, élément polymorphe, aussi fondamental qu’insaisissable. Notre axe, qui s’intéresse depuis longtemps à la problématique de la perception, propose de penser l’eau moins en tant matière à rêverie imaginaire que comme un matériau fluide et changeant dont les modalités d’appréhension sont multiples. Les chercheurs du séminaire seront donc invités à réfléchir aux paradoxes de la représentation d’une forme qui sans cesse échappe. Ce premier semestre de réflexion sera l’occasion pour nous de d’éprouver la pertinence de cet objet du point de la poétique, et de constituer collectivement des bibliographies primaire et secondaire.

La physique de l’eau est un premier ouvroir de potentialités : solide, liquide, vaporeuse, turbide, visqueuse, gélatineuse, mousseuse ou cristalline. La variété de ces textures fait d’emblée surgir à l’esprit nombre de textes (littéraires, filmiques, musicaux, picturaux, etc.) au sein desquels les formes de l’eau influent sur leur poétique. Maelström chez Poe, coagulation de la mer au crépuscule chez Baudelaire, cristallisation stendhalienne, mutations de la lettre en miroir de l’étang chez Thoreau, ostinato obsédant du ressac chez Mendelssohn, abysses totalitaires chez Melville, océan funeste de Géricault, puissance de la cascade hugolienne, glaciers sublimes de Friedrich, amples mélodies fluviales chez Strauss ou Smetana, profondeur des abîmes chez James Cameron, inquiétant corrélat aquatico-musical de Deliverance de John Boorman, amertume des eaux du temps alimentées par les larmes des hommes chez Shelley : la liste est insondable.

Les mouvements de l’eau nous intéresseront tout particulièrement : jet, vagues, ressac, drossage, stagnation, croupissement, infiltration, courant, percolation, précipitation, égouttement, ruissellement, ébullition… C’est bien cette dynamique aquatique qui met au cœur de la réflexion les questions de représentation et de perception. Le terme « forme » lui-même pose problème, puisque l’eau ne prend forme qu’à partir de l’informe qui la constitue, et est constamment menacée de retourner à cet informe. Penser et percevoir les formes de l’eau, c’est donc se mettre immédiatement à l’épreuve d’un exercice où les repères habituels sont dissous par l’élément. D’où la nécessité pour les créateurs et leurs exégètes d’adopter une position inédite, « décentrée » des ancrages traditionnels. C’est la raison pour laquelle nous tâcherons d’éviter les lectures thématiques ou symboliques, mais adopterons une perspective résolument poétique.



Citer ce billet
Dimitri Garncarzyk (2022, 13 décembre). Texte de cadrage 2022-2023 : “L’eau, forme et informe” Poétique à Perpignan ❧. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxk9

1 réponse

  1. Alonso Béatrice dit :

    Proposition de communication : l’eau a t elle un genre en littérature ? Voyage dans la littérature des femmes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search