Livre : Ariel, mon oiseau

par Jonathan Pollock

Jonathan Pollock, Ariel, mon oiseau. Une lecture écocritique de La Tempête de William Shakespeare, Paris, Hermann, « Fictions pensantes », 2021

Lors de sa dernière création, Shakespeare invente un personnage non-humain pour incarner la tempête qui s’abat sur une île inconnue. Mais Ariel, l’esprit de l’air, en vient à représenter bien plus qu’une catastrophe maritime. Les penseurs de la Renaissance décèlent du spirituel dans les «  petites images voltigeantes par l’air, nommées des espèces intentionnelles  ». Ariel appartient à ce milieu sensoriel situé entre les objets du monde et les sujets qui les perçoivent, milieu sur lequel opère l’enchanteur Prospéro. Par un autre biais, Ariel représente l’habitant du Nouveau Monde. En comparant le texte de Shakespeare avec ses sources, Jonathan Pollock dégage une vision du cannibale amérindien qui ne vaut pas seulement pour le personnage de Caliban. Étant au-delà de l’humain, Ariel incarne l’esprit maître d’autres tribus, dont celles des oiseaux. Ainsi, entre averroïsme et animisme, espèces intentionnelles et tribus-espèces, cet essai milite en faveur d’une écologie de l’imagination qui se veut aussi une imagination renouvelée de l’écologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search