Texte de cadrage 2021-2022 : “L’Inaperçu”

Après avoir travaillé sur les marges et les notes de bas de page, puis sur l’intentionnalité du dysfonctionnement dans les récits, pièces ou poèmes, et réfléchi à l’exploration de la représentation littéraire de la perception et des cinq sens, on voudrait en venir à l’observation et l’analyse des modalités (formes, fonctions, effets) de l’invisible (et de l’inaudible) dans les textes littéraires. L’atelier de poétique a jusqu’ici travaillé sur les manœuvres souterraines et autres opérations de contrebande et l’étude des interactions parfois secrètes entre les textes et les arts, il veut à présent se donner comme objet d’étude ce qui n’est pas, ou pas immédiatement, détectable dans l’œuvre. Ce qui produit de l’effet sans que le lecteur en soit conscient.

Il sera intéressant d’aborder dans cet esprit les textes virtuels, qui dépendent de la compétence commune du scripteur et du lecteur, qui « agissent » sous les textes réels ; les discours hors-texte, les notes, les marges (qui firent il y a quelques années l’objet d’un séminaire de l’atelier), et tout ce qui n’apparaît pas immédiatement au lecteur. L’ « opération de lecture » comme disent les théoriciens de la réception devra être examinée non comme un trajet de l’indéterminé vers le défini par l’élimination d’hypothèses successives, mais comme la possibilité de ne pas tout voir, de ne pas tout comprendre, de ne pas tout déchiffrer dans un texte qui conserve une part d’inconnu. Cette impression que quelque chose échappe à la lecture peut être si forte qu’il faut souvent la relecture pour se rendre compte que le livre qu’on a lu n’est pas exactement celui qu’on a cru lire, par exemple que ce n’est pas une histoire qui a été racontée mais l’impossibilité de raconter cette histoire. Raison pour laquelle l’expérience de la lecture peut être différente d’un lecteur à l’autre (et d’une époque à l’autre de la vie du même lecteur), selon qu’on se montre capable, ou désireux de repérer les éléments invisibles du texte. L’inaperçu peut être ainsi l’absent (l’Arlésienne peut être plus ou moins ostentatoire, plus ou moins transparente), mais aussi le caché, ce qui n’est pas la même chose : le Chef-d’œuvre inconnu ne parle pas d’autre chose que de cette distinction.

L’inaperçu peut être un trompe-l’œil (c’est le principe du roman policier) ou peut ouvrir des niveaux de lecture symboliques. Il peut aussi être une thématique des œuvres ( Northanger Abbey dont l’héroïne choisit de lire son environnement selon un code romanesque et s’aveugle volontairement sur la réalité des motivations des autres personnages). Il peut concerner l’ensemble du texte ou une partie, constituer un enjeu essentiel ou complètement accessoire. Il s’agit d’observer comment le texte se déploie dans l’opacité, l’ambivalence, la lacune, comment il ouvre des horizons multiples. L’incomplétude, le refus de dire, le passage à autre chose, la piste qui ne sera pas exploitée, le détail qui suggère mais demeure à l’arrière-plan, l’influence intertextuelle discrète ou difficile à repérer (La Vie mode d’emploi), les épisodes non racontés dont on n’a que les conséquences dans l’économie du récit (Le Curé de village), sont autant de mesures paradoxales de la maîtrise du sens de l’œuvre. L’inaperçu suppose que quelque chose est là mais demeure latent, la question étant de savoir si le lecteur, tous les lecteurs ou seulement certains lecteurs sont destinés à le découvrir. Il s’agit aussi de dépasser les projets transparents à première vue, qui ne seront jamais réalisés, ou jamais comme prévu (Sterne).

Voilà que nous venons de parcourir rapidement le champ de l’inaperçu proprement textuel. Ajoutons à cela quelques réflexions d’ordre plus général. « L’inaperçu » n’est pas « l’inapercevable ». Ce dernier sort du domaine des sens, il appartient à l’irreprésentable, au spirituel, au virtuel, au « non encore advenu ». En revanche, « l’inaperçu » est tout simplement ce qui ne se laisse pas remarquer. Si les stratégies narratives et poétiques œuvrent sciemment en vue de créer de l’inaperçu, le « non remarqué » peut aussi relever de (l’in)compétence du lecteur, et donc de la contingence. Comment remarquer ce qui n’est pas immédiatement remarquable (pregnant, « saillant », disent les gestaltistes) ? C’est un problème sémiologique, esthétique, écologique, philosophique, herméneutique.

  • Sémiologique : Artaud prétend que les maladies sont le fruit d’une « iatrogénèse » (« S’il n’y avait pas de médecins, il n’y aurait pas de malades »). Et c’est vrai dans le sens où les médecins sont des symptomologues qui réunissent des signes disparates (anomalies physiques ou comportementales) en un syndrome qu’ils baptisent d’un nom savant (ces signes peuvent être réunis différemment selon les époques). L’interprétation (la lecture des signes) est une construction. Et selon l’époque, selon l’individu, maint signe restera inaperçu.
  • Esthétique : L’essence même de l’analyse littéraire est comparable à l’action des ouvriers apposant une croix blanche sur une vitre neuve pour signaler sa présence : l’œuvre en elle-même est transparente, il faut nous autres badigeonneurs de bas étage pour montrer ce qui est là. L’art est à même de nous permettre de détacher cette faculté d’agir de la faculté de percevoir (Bergson) et de défamiliariser le monde, donc de nous révéler ce qui a été précédemment inaperçu, ce qui a été invisible, révéler aussi de nouveaux rapports entre les phénomènes. Par voie de conséquence, le texte, attirant notre attention sur l’inaperçu, peut également jouer un rôle éthique, voire politique : ‘Attentive consideration is certainly a means of focusing the reader’s interest in what would otherwide pass unnoticed.’ (Ganteau). En jetant un regard sur l’invisible, le texte peut changer notre vision du monde : « Si les portes de la perception étaient nettoyées, toute chose apparaîtrait à l’homme telle qu’elle est, infinie. » (William Blake)
  • Écologique : Passer inaperçu, sortir du grid, c’est non seulement le mode d’action des chasseurs, des photographes, des commandos, des espions et des hors-la-loi (Ben Laden), c’est également le propre de maintes espèces d’animaux (prédateurs et proies). Se fondre dans le décor, bio-mimétisme, anneau de Gygès et autres pha(nta)smes… Le champ est vaste.
  • Grammatical : l’écriture inclusive et la vision de ce qu’on a rendu invisible pendant si longtemps, c’est-à-dire ce qu’on a voulu inapercevable, inaperçu donc, au fond ce qu’on a voulu faire disparaître, ne plus paraître, dans la langue et donc dans le champ référentiel, dans les représentations ; le genre, grammatical, les agrammaticalités subites des textes qui laissent percevoir un trouble du genre, un trouble dans le genre (J.Butler), qui est souvent inaperçu et qui pourtant se perçoit, l’effacement, conscient ou non, de ce qui échappe à la binarité qui n’est donc qu’une construction, le régime de la différence sexuelle considéré « comme universel et métaphysique » quand il n’est qu’une possible épistémologie du vivant, une cartographie anatomique, une économie politique du corps et une gestion collective des énergies reproductives. Une épistémologie historique qui se construit en rapport avec une taxinomie raciale à l’époque du développement mercantile et colonial européen » (PRECIADO). Il s’agira de questionner cette machine performative qui a voulu effacer la variété du vivant, de faire ré-apparaître cet inaperçu volontaire.
  • Philosophique : Comme le montrait Leibniz, la perception implique nécessairement son contraire – la non-perception. Ainsi face à la mer, on croit entendre un seul bruit alors qu’en réalité chacune des centaines de milliers de vagues fait son propre bruit, trop petit pour être perçu. Percevoir, c’est donc aussi, ignorer, sélectionner, diriger notre attention uniquement vers ce qui nous intéresse. Percevoir reste, forcément, un acte individuel, impliquant aussi un affect, une perception « pour moi », plutôt qu’une perception « en soi ». Nous réagissons de façon affective aux phénomènes que nous rencontrons.  Résultat, nous laissons toujours quelque chose de côté que nous interprétons à notre façon, de la même manière que nous interprétons un texte par l’action de notre esprit. La perception n’est jamais passive.
  • Herméneutique : l’intelligence peut aussi obscurcir, comme le soulignait le grand philosophe de la science, Thomas Kuhn. Si pour Locke, la perception mène à la connaissance, Kuhn montre que c’est exactement l’effet inverse qui se produit. En effet, on ne voit qu’à partir du moment où on a déjà une idée de ce qu’on recherche. (‘We see only according to a convention’, D.H.Lawrence). A l’instar de ces images gestalt, où on voit soit le lapin, soit le canard, il faut au préalable savoir ce que l’on cherche avant de le trouver, – ce qui revient à dire que notre capacité de perception est fortement limitée par nos idées. Car nous sommes, dans les faits, prisonniers de nos paradigmes. La perception est une dérivation de l’épistémologie, et non l’inverse. Nos abstractions, nos réductions, nos généralités nous empêchent de percevoir, d’où l‘engouement pour le détail à l’époque du Modernisme (sous l’influence de Bergson ainsi que de William James). En effet, comme pour Spinoza, les abstractions sont des idées inadéquates, la plupart des gens ne perçoivent que les effets, ne voyant pas les rapports entre les choses (Cours de Vincennes, Deleuze).

On pourra réfléchir aux modalités suivantes de l’inaperçu :

  • l’inaperçu symptôme de complexité
  • présences intertextuelles
  • les lacunes textuelles
  • perceptions sensorielles
  • la fausse piste
  • la lisibilité/l’indicible
  • le détail
  • L’art de passer inaperçu. Devenir imperceptible…
  • identités/genres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search