Séminaire 2023-2024, “Les mondes de l’énergie” : texte de cadrage

Téléchargez ici le texte de cadrage en version PDF.

 

Les mondes de l’énergie : perception et représentation

Définie simultanément comme « capacité d’un corps ou d’un système à produire du travail mécanique ou son équivalent » et « principe d’action qui rend une personne apte à agir ou dont se trouve animée une chose pour agir sur la nature » (TLF), l’énergie, qui produit un effet sans être perçue directement par les sens, relève à la fois de l’(in)observable et du vécu, de l’indistinct et du moteur. Elle est ainsi un des plus anciens objets de la philosophie naturelle depuis la recherche, présocratique puis aristotélicienne, du « premier moteur » de l’univers.

La conceptualisation philosophique et scientifique de l’énergie se laisse ainsi décliner en trois grandes périodes : de l’Antiquité à la Renaissance, le modèle dominant est celui de la circulation des fluides (air, eau, influences astrales, humeurs, flux) ; à partir du 17ème siècle, c’est la mécanique des solides (Descartes, Newton, l’horlogerie cosmique) qui domine. Enfin, à partir du 19ème siècle, la thermodynamique reconfigure complètement la notion de « force » (Maxwell, l’industrialisation, l’entropie). Sans doute la physique quantique inaugure-t-elle aujourd’hui un nouveau paradigme.

Chacun de ces modèles dominant de l’énergie et du travail s’y répercute mais, objet pérenne de la philosophie, cette représentation demeure plus complexe dans le champ des arts. En littérature, l’énergie semble plutôt trouver son origine à l’intérieur du sujet comme principe psychique, libido, conatus, mais aussi corporel. Au-delà du corps, c’est l’ensemble de la physique newtonienne et post-newtonienne qui régit l’organisation de la matière, terrestre et cosmique.

Le séminaire Poétique et perception du Cresem propose donc de s’intéresser à la représentation de l’énergie dans les arts et la littérature.

Un premier mode de représentation est bien sûr didactique : témoin l’album de bande dessinée de Christophe Blain et Jean-Marc Jancovici, Le Monde sans fin (2021), qui non seulement propose une lecture de l’histoire humaine du point de vue de l’énergie (avec pour point focal la nécessaire transition énergétique de notre siècle), mais propose aussi d’utiliser les moyens propres de la narration graphique pour visualiser des flux et des forces largement invisibles (en s’inspirant du mouvement contemporain des belles infographies ou en empruntant au vocabulaire visuel et narratif des comics, par exemple).

Au sens physique et littéral, l’énergie est présente dans les arts de représentation. On pense spontanément au récit d’anticipation, dont elle peut évidemment constituer un élément important, sur un mode souvent là encore didactique (quoique souvent irréaliste, comme les sous-marins électriques imaginés par Jules Verne dansVingt mille lieues sous les mers ou Face au drapeau ou le moteur atomique de la fusée du professeur Tournesol).

Dans la science-fiction contemporaine, aux préoccupations écologiques fortes, l’énergie peut même devenir le moteur de l’intrigue elle-même, telle la force de Coriolis dans La Horde du Contrevent d’Alain Damasio, chronique de la lutte du corps humain contre la force éolienne. Mais comme le montre bien ce dernier exemple, tout tableau ou récit du corps, de ses besoins ou de ses limites est, en un sens, littérature de l’énergie : des récits d’exploration maritime où l’endurance et l’eau douce sont des préoccupations constantes à la Métaphysique des tubes d’Amélie Nothomb en passant par Un artiste de la faim de Kafka, la mimèsis littéraire met en évidence que le corps est le premier convertisseur énergétique dont nous ayons connaissance, et construit notre rapport symbolique à l’entropie.

Contre l’entropie, et à la frontière des mondes visible et invisible, la magie (d’abord comme pratique anthropologique d’une parole agissant sur le monde physique, ensuite comme ressource du registre merveilleux) propose des sources et des flux d’énergie qui compensent les limites du corps. Si la puissance apparemment sans limite des enchanteresses de conte de fée transgresse allègrement toutes les lois physiques, nombres de mondes fictionnels (de Dungeons and Dragons à l’univers de Harry Potter) ont développé, en parallèle des règles du monde physique, une théorie contraignante des énergies surnaturelles, qui témoigne sans doute de la conscience lancinante que l’énergie, physique ou magique, doit être produite, gérée, et faire l’objet d’une économie. Les sources d’énergies extraterrestres de la science-fiction ou des récits de superhéros rejoignent les mêmes préoccupations : même le merveilleux participe ainsi à construire nos représentations du monde en termes de puissances et de flux.

Saisie sur un plan symbolique, la question de l’énergie, de la force invisible à l’œil nu, est présente en littérature (Cyrano de Bergerac, Frankenstein, La Peau de chagrin, D.H. Lawrence, Kerouac), en peinture (Wright of Derby, Munch, Turner, Pollock), au cinéma (Les Temps modernes, Stromboli, Mad Max, Erasorhead, There Will Be Blood, Oppenheimer), en musique, (Dvorak, Honegger, la musique industrielle et électronique). En jetant un regard sur cette relation, les arts de la représentation peuvent changer notre vision du monde car comme l’écrivait William Blake, « si les portes de la perception étaient nettoyées, toute chose apparaîtrait à l’homme telle qu’elle est, infinie. » De ce point de vue, la question de la représentation de l’énergie, littéraire, cinématographique, photographique, ou musicale est une entrée pour penser à la fois la conception du milieu et le détournement ou l’illusion qui président parfois à cette traduction. Par exemple, penser le rapport entre le phénomène (la lumière) et sa conséquence (l’électricité) n’est pas seulement l’apanage des scientifiques, mais réclame aussi une approche philosophique et herméneutique. Le texte, attirant notre attention sur l’énergie, peut également jouer un rôle éthique, voire politique.Enfin, la perception de l’énergie est intimement liée aux phénomènes d’échange, de circulation et de mobilité.. La question de l’épuisement des ressources trouve aussi sa place au cœur de cette problématique : un sujet capable de penser la déperdition peut et doit également l’éprouver au sens le plus existentiel à travers des fictions et des images. La manière dont, par exemple, le soleil est perçu par les sociétés humaines, soit comme entité suprême (Râ, les Incas), soit comme source d’énergie électrique (le photovoltaïque) ou encore comme menace (rayonnements ultraviolets, réchauffement climatique) voire principe antagoniste – on songe ici à l’injonction de Sade d’« attaquer le soleil » – conditionne aussi, par voie de dissémination sémantique, ce que l’on entend par « énergie ». Ce que représente la lumière, sur le plan poétique aussi bien que spectrométrique, pictural aussi bien que sociétal, autant d’affinités pour penser ces rapports inédits que l’usage d’une énergie nouvelle produira.

La réflexion autour de cette problématique pourra se déployer autour des questions suivantes (liste non-exhaustive…) :

  • le caractère insaisissable de l’énergie
  • les excès d’énergie (explosions, implosions, débordements, saturations, inondations, etc.)
  • les destructions apocalyptiques
  • les effets d’épuisement
  • les pénuries
  • les rapports entre corps et énergie
  • la pulsion freudienne (= quantum d’énergie + représentation/signifiant)
  • le rapport affectif du sujet à l’énergie ou à ses sources



Citer ce billet
Dimitri Garncarzyk (2023, 4 septembre). Séminaire 2023-2024, “Les mondes de l’énergie” : texte de cadrage. Poétique à Perpignan ❧. Consulté le 24 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxkj

1 réponse

  1. 10/10/2023

    […] Université Via Domitia, Perpignan Séminaire de recherche Poétique 2023-2024, “Les mondes de l’énergie” Certains axes et séances seront abordés en collaboration avec le programme Humanités […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search